L’air de l’information et de la communication

informationAujourd’hui, le système éducatif est utilisé par les gouvernements pour former des salariés du privé et des fonctionnaires qui travailleront pour eux. Ses statuts permettent aux organismes publics de se rémunérer avant de rémunérer les salariés de la France.

L’État français affronte tous les systèmes internationaux destinés à permettre à tous ses résidents de s’enrichir financièrement : Uber, AirBnB, Wimdu…

Ces sociétés perdent leurs procès et ont des dommages et intérêts colossaux. Comme les comptes de ces sociétés ne se situent pas en France mais à l’Étranger, les organismes publics ne prélèveront jamais le moindre Euro sur le compte ces sociétés. La perte du procès est symbolique. Par contre, le gouvernement bloque les accès à certaines de leurs applications : c’est le cas pour UberPop qui permettait au conducteur d’être un simple particulier pour arrondir ses fins de mois sans payer de charge et de cotisation.

En ce moment, le gouvernement s’intéresse à prélever sur les ventes des particuliers via Le Bon Coin.

Donc, vous avez payé une marchandise son prix de vente classique, il y a quelques années. Et, vous devrez payer les organismes publics sur sa revente afin de ne pas récupérer trop argent sur une marchandise que vous n’utilisez plus.

La France est le seul pays dans lequel vous devez payer une licence de Taxi pour avoir le droit d’exercer la profession de Taxi. Cette licence coûte 150 000 € et est revendu de Taxi en Taxi.

Depuis 2017, afin de bloquer la profession de conducteur de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur), vous êtes dans l’obligation de passer une licence professionnelle payante. Vous devez payer 250 heures de formation pour obtenir un agrément VTC.

Pour être agent immobilier, vous devez aussi obtenir une carte professionnelle préfectorale. Bien entendu, cela vous oblige à débourser aussi de l’argent pour payer une formation.

La libre entreprise légale

Vous pouvez exercer toutes ces professions librement dans tous les pays d’Europe sans débourser le moindre centime, ni obtenir une carte professionnelle. C’est la libre entreprise légale.

L’économie est mondiale et la loi du continent dans lequel vous vivez vous protège bien au-delà de la loi de votre pays. C’est pour cette raison que l’Europe existe tout comme les États-Unis d’Amérique.

Ce qui bloque les gens d’entreprendre où ils le souhaitent c’est le manque d’information tangible sur internet et dans les livres.

Le monde d’aujourd’hui et de demain est déjà né en dehors de la France et commence à naître en France. La France ne peut plus contrer ce phénomène car les lois européennes protègent les nouveaux entrepreneurs.

Légalement, vous ne pouvez pas être européen sur votre passeport et être accusé d’évasion fiscale en Europe puisque vous entreprenez sur votre territoire de résidence.

Les nouvelles règles du jeu

Voici les nouvelles règles du jeu :

  • Avoir toute liberté d’action avec des entreprises virtuelles, jetables pour ne pas dépendre de l’État et éviter les contrôles fiscaux ;
  • Toucher une rémunération en fonction des résultats ;
  • Pratiquer plusieurs professions dans plusieurs secteurs d’activité différents : la généralisation ;
  • Prendre une retraite anticipée par capitalisation dans l’immobilier locatif ;
  • Réinvestir un pourcentage stable des revenus hors exploitation jusqu’à votre décès ;
  • Travailler quand cela vous intéresse ;
  • Assister à de nombreux séminaires de bon rapport qualité/intervenants pour apprendre des choses nouvelles ;
  • Développer vos talents naturels de vente que vous aviez lorsque vous étiez des bébés ;
  • Avoir de nouvelles idées et trouver peut-être cette Startup qui fera de vous le prochain Bill Gates par exemple ;
  • Avoir un portefeuille autogéré sans comptable et sans commissaire au compte ;
  • Ne travailler qu’avec des consultants indépendants ;
  • Ne pas compter sur la retraite promise du gouvernement et cotiser le moins possible pour celle-ci ;
  • Profiter du système de sécurité sociale en France inclus dans les cotisations les plus faibles ;
  • Travailler de chez soi sans se déplacer grâce au web marketing et au e-commerce ;
  • Être indépendant/e d’une femme ou d’un homme ;
  • Maîtriser la langue internationale « l’anglais » pour n’avoir aucune frontière ;
  • Profiter légalement des cotisations les plus basses au choix en fonction du pays d’Europe que vous avez choisi pour établir vos sociétés.
  • Raisonner européen et non français, belge ou italien par exemple.